retour au menu principal du site

Le coup d'état de 1851

A PARIS

Après avoir juré de "rester fidèle à la République démocratique et de défendre la constitution", Louis-Napoléon Bonaparte renie ses engagements. Au matin du 2 décembre 1851, une proclamation du prince-président, affichée dans les rues de Paris, annonce la dissolution de l'Assemblée, le rétablissement du suffrage universel et un plébiscite qui l'autorisera à donner à la France des institutions renouvelées de l'Empire.

EN PYRENEES ORIENTALES  (source :http://www.jtosti.com/histoire/proscrits.htm)

Fort d'une tradition républicaine déjà très solide, le département des Pyrénées-Orientales se soulève de façon plus ou moins organisée.

Dès le 3 décembre, des troubles éclatent à Perpignan, Collioure et Elne. Ils sont très vite réprimés par la troupe. Dans la nuit du dimanche 7 décembre, un soulèvement se produit simultanément dans les villages entourant Perpignan, dans la Salanque, à Saint-Génis, Laroque, Estagel etc... A nouveau, l'armée intervient très vite, et la révolte s'éteint en quelques heures. Quelques troubles sporadiques éclatent encore, mais sans jamais prendre des proportions considérables.

Le plébiscite préparant l'empire est organisé le 20 décembre 1851. Savamment orchestré, il donne des résulats sans appel : 25.598 oui contre 3.397 non. Bref, tout va pour le mieux dans le meilleur des empires possibles, mais l'occasion est trop belle de démanteler complètement les rangs républicains, ce à quoi va s'employer le préfet avec un zèle assez effrayant : plus de 1000 personnes sont arrêtées ou poursuivies, jugées de façon sommaire avec les résultats suivants :

La commission se voudra ensuite plus clémente. Les déportations à Cayenne ne toucheront que 10 personnes sur les 57 prévues, les autres étant envoyées en Algérie. Ce sont en tout environ 350 républicains qui se retrouveront en Algérie. Bref, le mouvement républicain est totalement démantelé. Il lui faudra plus de 15 ans pour se reconstituer.

Sur le site de J TOSTI (http://www.jtosti.com/histoire/proscrits.htm) les déportés sont listés, nous ne savons pas si cette liste est exhaustive, Pierre CANEL n'y figure pas.

Plus d'informations : Un site pour tout savoir sur la résistance au coup d'état en France.