retour au menu principal du site

Le Testament de Pierre CANEL

Testament2PCANEL1879p1.jpg (195777 octets)        TestamentPCANEL1879p2.jpg (201966 octets)

Testament de Pierre CANEL P 1 & 2

source: Service des Archives de la Nouvelle Calédonie.

Transcription du testament de Pierre François Martin CANEL  le 12/04/1879

En marge : 12 avril 1879

            Testament de M CANEL

  Transcription

Par devant Maître CHANVALON, notaire à Nouméa, Nouvelle Calédonie soussigné et en présence de :

            M François BALLIN, ferblantier,

            M Pierre BILLAUD, maçon,

            M François MANIGAN, tailleur,

            M Jean Hyppolite Ferdinand BONHOMME, agent de police,

Tous quatre demeurant à Nouméa, témoins requis conformément à la loi, choisis et appelés par le testateur, a comparu dans le cabinet de maître CHANVALON sis à Nouméa, rue Inkerman où se sont également rendus les témoins, M. Pierre François Martin CANEL, rentier et propriétaire demeurant à Nouméa.

Lequel étant sain de corps et d’esprit ainsi qu’il est apparu aux dits notaire et témoins, a dicté au notaire soussigné, en présence des quatre témoins, ainsi qu’il suit :

            « Je lègue à Mademoiselle Françoise OSSEILLE, mineure, fille issue du mariage de M. OSSEILLE et de Mme Rose ESCARA ma sœur utérine, demeurant à Pollestres, canton de Thuir, Pyrénées Orientales, l’intégralité de tous les biens meubles et immeubles qui composeront ma succession, en quelques lieux qu’ils soient situés. En conséquence, je l’institue légataire universelle.

Elle aura l’usufruit de son legs après le décès de ma mère.

            Je lègue à ma mère, Mme Françoise COURTIES, veuve en premières noces de M François CANEL et en deuxièmes noces de M Joseph ESCARA, demeurant au dit lieu de Pollestres, l’usufruit de tous les mêmes biens, meubles et immeubles, qui composeront ma succession pour en jouir pendant sa vie, sans être tenue de fournir caution ni de faire emploi.

            Je fais ce legs par préciput et hors part. ??

            Je nomme pour mon exécuteur testamentaire M Jean-Baptiste Bernard DEZARNAULD, avocat défenseur, demeurant à Nouméa, que je prie de vouloir accepter, et, pour faciliter cette exécution, je lui donne le saisine de mes biens pendant un an et un jour.

            Je le prie aussi d’accepter en souvenir un diamant de cinq cents francs que je lui donne et lègue

à preuve sur les premiers fonds qui se trouveront disponibles de ma succession.

            Je déclare révoquer expressément tous les testaments que je peux avoir faits avant celui ci. »

Le testament a été ainsi dicté par le testateur au notaire soussigné, qui l’a écrit en entier de sa main tel qu’il a été dicté, l’a ensuite lu au testateur qui a déclaré le bien comprendre et y persévérer comme contenant ses dernières volontés, le tout en présence des dits quatre témoins.

Le testateur et les témoins ont déclaré, sur l’interpellation expresse du notaire, que ces derniers sont citoyens français, majeurs, jouissant de leurs droits civils et ne sont ni parents ni alliés de degré prohibé soit du testateur soit d’aucun des légataires ci après nommés.

            Fait et passé à Nouméa dans le cabinet de Me CHANVALON notaire.

            L’an 1879, le 12 avril à 9 heures du matin.

Et le testateur a signé avec les témoins et le notaire, après une lecture entière du présent, faite au testateur par le notaire en présence des témoins.